Bureaux

Station mobile - Gestion multimodale centralisée des déplacements

15 boulevard Joseph-Vallier
38000 Grenoble

Vue extérieure
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

DESCRIPTIF

Construction d’un ensemble comprenant:
- le regroupement de l’ensemble des postes de commandement (PC) et de contrôle des déplacements de l’agglomération grenobloise: routes (DRI-CE), feux tricolores (ville de Grenoble), transports en commun urbains (TAG) et transurbains (Transisère), coordination voies communales (métro);
- une salle de crise;
- des bureaux;
- au rez-de-chaussée: accueil du public, informations sur les déplacements, plate-forme mobilité/emploi, location de vélos (Métrovélo).

PARTI ARCHITECTURAL

La station mobile a pour mission la gestion des déplacements au sein de la région urbaine de Grenoble. Elle réunit en un même lieu tous les acteurs concernés – la ville de Grenoble, l’agglomération (la Métro), la police, le conseil général (Transisère), la société des transports en commun (TAG), etc. – afin de permettre une vision globale du trafic. Outre la particularité fonctionnelle du bâtiment, qui organise la cohabitation d’entités autonomes mais qui doivent pouvoir travailler ensemble, le projet est un outil de communication traduisant le projet politique de l’agglomération en matière de transports.

Le bâtiment est un volume autonome et sculptural, situé au pied du siège de la DDE, bâtiment imposant et monumental construit dans les années 50 le long des «Grands Boulevards». De l’autre côté de l’avenue, une église à l’architecture moderne expressionniste crée un pendant symétrique, ces deux «objets singuliers» se répondent et constituent une séquence particulière dans le travelling régulier des boulevards.

L’architecture du GMCD est née de la logique interne, le projet fonctionne comme une mécanique dans laquelle chaque pièce est un élément en soi qui interagit avec les autres pour former une machine efficace. Le programme définit plusieurs strates fonctionnelles dont la plus contraignante est celle des salles d’exploitation et de la salle de crise: chaque PC et ses annexes forment un tout, exprimé à l’extérieur par un découpage du volume correspondant aux différentes entités. La forme globale du bâtiment est à la base le polygone défini par le contour du terrain, évidé par les découpes qui délimitent le profil de chaque salle. Les façades des PC donnant sur l’espace public sont opaques pour des questions de sécurité, elles sont vitrées le long des découpes. En gagnant le cœur du bâtiment, ces découpes permettent également un éclairage naturel de toutes les circulations, les ponctuant de vues sur l’extérieur.

En position centrale, en plan comme en coupe, la salle de crise est un volume circulaire pourvu de «branches» qui donnent des vues directes sur les différents PC et leurs écrans, ce qui permet lors des réunions «de crise» de suivre en direct les informations et l’évolution de la situation sur le terrain. Ce volume dans le volume est suspendu au-dessus de la circulation des PC, il structure l’espace intérieur mais il est invisible de l’extérieur.

La structure est en métal, les grands porte-à-faux sont repris par des pans de fer construits sur toute la hauteur des façades. Ils s’équilibrent de part et d’autre du noyau central construit en béton. En raison de l’équipement des PC, les réseaux techniques sont particulièrement complexes dans ce projet : à l’entresol, entre le hall et les PC, le niveau complet est consacré aux serveurs, locaux techniques et distribution des courants faibles.

En référence aux multiples écrans, objets fascinants et incontournables de notre époque, qui peuplent le bâtiment, les façades sont habillées d’une peau métallique en avant de laquelle sont fixés des disques d’aluminium qui forment un tableau de pixels. A l’arrière des disques, des diodes éclairent l’arrière-plan, transformant l’image de l’architecture la nuit. Un programme fait varier l’allumage et la couleur des diodes, enveloppant le bâtiment d’une peau changeante et communicante.

INTERVENANTS

Maitrise d'ouvrage

LA MéTRO - GRENOBLE ALPES MéTROPOLE
(38)

Autres intervenants de la Maîtrise d'ouvrage :

DDE de l’Isère | Conducteur de l'opération |

Equipe de la maitrise d'œuvre

Mandataire :

Hérault Arnod Architectes
Architecte mandataire
Paris (75011)

Co-traitants de la Maîtrise d’œuvre

Nicolas Ingénierie | Fluides |
Batiserf | Structure |
Cabinet Denizou | Economiste |
Hervé Audibert | Eclairagiste |

Données techniques


Surfaces SHON: 2 672 m2

Réalisations

Bureaux

Station mobile

15 boulevard Joseph-Vallier
38000 Grenoble

Date de livraison :
Septembre 2010

Coûts des travaux :
5,6 M€ HT

8 photo(s)
0 vidéo(s)

Vue extérieure
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Vue extérieure
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Vue extérieure - nuit
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Vue extérieure - nuit
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Vue intérieure
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Vue intérieure
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Vue intérieure
© Herault Arnod Architectes (André Morin)

Axonométrie
© Herault Arnod Architectes